Cher Agri
Accueil > Actualités

Apiculture

Information agricole du Cher
Le 10/06/2020 à 08:50 I 1 commentaire

Le miel, un nectar contrôlé

Les Français sont friands de miel et disposent d’un large choix de saveurs et d’origines dans les rayons des magasins et les étals des apiculteurs. Ce produit, comme tous les autres, est rigoureusement contrôlé par la DGCCRF.

Vers une mention d’origine plus précise ?


Les États membres appellent à un étiquetage plus clair des mélanges de miels. Les ministres de l’agriculture de l’UE, à l’initiative du Portugal et de la Slovénie, ont demandé à la Commission européenne, dans le cadre du Conseil agricole du 27 janvier, d’amender la directive Miel européenne, afin que les pays d’origine de tous les miels présents dans les mélanges soient clairement affichés et étiquetés.

Des miels AOP et IGP


En France, deux miels bénéficient d’une indication géographique protégée (IGP) : le miel d’Alsace et le miel de Provence. Et deux autres bénéficient d’une appellation d’origine protégée (AOP) : le miel de Corse (printemps, maquis de printemps, miellat du maquis, châtaigneraies, maquis d’été, maquis d’automne) et le miel de sapin des Vosges.

'La récolte de miel de cette année est satisfaisante, bien meilleure que celle de l’année dernière qui avait été catastrophique. La récolte dépend essentiellement des conditions météorologiques et de l’activité du varroa, cet acarien qui représente un fléau pour les apiculteurs car il détruit les colonies d’abeilles. Il faut être vigilant. Il a entraîné cette année moins de 5 % de mortalité.

J’effectue quatre miellées par an dès le printemps, en transhumant les ruches d’un endroit à un autre du département. Le miel de colza et d’aubépine se récolte en premier, puis le miel d’acacia (en bords de Loire), puis celui de châtaigner (en Sologne) et enfin le miel de tournesol l’été.

Le début de saison a été favorable pour de bonnes miellées. Le taux de mortalité de cet hiver a été très faible, le printemps a été ensoleillé avec un peu de pluie et pas trop de vent. Une ruche produit en moyenne 50 kg de miel par an.

Le colza est une plante très mellifère et intéressante pour dynamiser les colonies au printemps. Seulement les apiculteurs ont de plus en plus de difficultés à mettre leurs ruches près des champs de colza qui deviennent rares depuis l’année dernière. Les pratiques agricoles changent, donc nous devons adapter nos pratiques. En miel d’acacia, la production a été moins importante car les fleurs ont subi un peu de gel fin avril. Les miellées sont plutôt rapides et intenses.'


Charles Laveau, apiculteur à Allogny (Le Rucher des Brosses)





 



    Imprimer cet article

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Cheragri.fr
DERNIERES NEWS
https://cheragri.fr/bibliotheque_pdf/Bulletin%20abonnement%20iac/Bulletin-abonnement-iac-cheragri-2019.pdf
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
RSS Facebook twitter
CherAgri

CherAgri
2701, route d'Orléans
18230 ST DOULCHARD
Téléphone : 02 48 23 45 80